Mes premières expériences avec des jumelages entre villes datent de la fin des années 1970, quand j’étais jeune étudiante à l’université de Münster/Westphalie en Allemagne.

Une délégation de politiciens norvégiens est venu en visite à Münster, qui depuis 1967 est jumelée avec la ville de Kristiansand située en région de Vest-Agder en Norvège.

Dans la délégation norvégienne il y avait le président du conseil régional de Vest-Agder, Torvald Kvinlaug, qui ne parlait ni allemand, ni anglais. Un conseiller municipal de Münster m’a contacté car il savait que je parle le norvégien. Et par la suite on m ‘a demandé de traduire et d’être guide pour Torvald Kvinlaug et sa femme pendant leur visite à Münster.

Le jumelage entre Kristiansand et Münster s’est perpétué bien au-délà de cette époque. Aujourd’hui il y a beaucoup de projets d’échange entre écoles et entre un grand nombre d’ associations et d’institutions, p. ex. entre les clubs de Bridge, les clubs de camping, les groupes de danse folklorique, les clubs de sports, les chorales, les artistes, les services municipaux et les municipalités des deux villes, et il y a évidemment des rencontres privées. L’association de jumelage a organisé pour les habitants de Münster des soirées sur Kristiansand et la Norvège et des voyages à Kristiansand. Cette année en février/mars il y a eu les journées de film norvégien dans un cinéma à Münster.

La ville de Kristiansand est aussi jumelée avec Orléans, la seule ville en France qui est jumelée avec une ville en Norvège.

Le jumelage entre villes a encore une fois croisé ma route dans ma nouvelle ville d’adoption Le Relecq-Kerhuon.


Le Relecq-Kerhuon Mairie


Déjà avant d’arriver en 2012 avec mes cartons de déménagement au Relecq-Kerhuon, j’ai appris en septembre 2009 par le blog du maire Yohann Nédélec qu’il existe un jumelage entre la ville du Relecq-Kerhuon et la ville de Bodmin en Angleterre. Cette année-là on a fêté les 30 ans de jumelage entre les deux villes.

Le jumelage entre Bodmin et Le Relecq-Kerhuon c’est surtout les relations personnelles entre des familles jumelées. Les familles se rendent visite une année au Relecq-Kerhuon, l’année suivante à Bodmin.

Du 29 avril au 2 mai dernier ont venues 9 familles anglaises pour rendre visite à leurs familles jumelées au Relecq-Kerhuon avec qui elles sont devenues amis depuis maintes années. J’ai accueilli un couple qui était venu pour revoir son amie de jumelage depuis plus de 30 ans ! Ils ont habité chez moi car leur amie ne pouvait pas les accueiliir chez elle cette fois.

A Bodmin il est difficile de trouver des nouvelles familles intéressées d’être jumelées avec une famille au Relecq-Kerhuon. En 2013 le « Cornish Guardian » a publié un article concernant ce probleme :

Twinners seek to strengthen Breton link

Dans cet article Sherry Boocock, membre du comité de jumelage à Bodmin a dit que:

"There are so many French families and couples in Le Relecq Kerhuon who want to be involved in the twinning, but at the moment we can't keep up with the requests, so we really do need more people from our town to join us''.

Le samedi 30 avril dernier à une reception des deux comités de jumelage au Relecq-Kerhuon, le président du comité de Bodmin a communiqué qu’ils ont fait des tracts à distribuer aux élèves des écoles à Bodmin pour essayer de trouver des nouvelles familles pour le jumelage.

Philippe Le Guen, le président du comité de jumelage au Relecq-Kerhuon, a présenté deux projets prévus au Relecq-Kerhuon.

Il a invité les familles de Bodmin à faire des photos au Relecq-Kerhuon, et pendant leur prochaine visite à Bodmin les familles du Relecq-Kerhuon à faire des photos dans cette ville. Le but est une exposition de photos dans les deux villes.

Le deuxième projet du comité de jumelage au Relecq-Kerhuon c’est d’inviter les écoles du Relecq-Kerhuon à un concours de nouvelles. Il est aussi prévu une catégorie pour les adultes au concours.

Il semble qu’il existe différents modèles d’échanges interculturelles pour le jumelage entre villes.
Un modèle de jumelage pour l’échange d’expériences et d’idées entre les institutions, associations et municipalités et en plus aussi pour tisser des liens sur le plan personnel. Et un autre modèle de jumelage plus personnalisé et dans le but de se lier d’amitié avec des personnes et familles dans l’autre ville.

J’espère que toutes les familles jumélées qui se sont revues au Relecq-Kerhuon le week-end du 1er mai dernier ont passé un bon moment ensemble !

Et moi, j’attends avec impatience le sujet pour les nouvelles. Car, comme vous pouvez voir sur ce blog, j’aime écrire des petites histoires.