Stolpersteine, les pierres d’achoppement, ce sont des pavés déposés dans les trottoirs de nombreuses villes d’Europe par l’artiste allemand Gunter Demnig à la mémoire des personnes déportées et assassinées sous le règne des nazis de 1933 à 1945.

Quand j’ai écrit l’article ci-dessous (traduit du norvégien) et l’ai publié dans le quotidien norvégien de Kristiansand Fædrelandsvennen, le 30 septembre 2008, le projet de Gunter Demnig était encore peu connu en Norvège.

Aujourd’hui, il y a dans de nombreuses villes de Norvège de tels pavés de la mémoire. Le 14 juin 2014, les premières Stolpersteine ont été incorporées dans les trottoirs de Bergen, mon ancienne ville d’adoption. Ces pierres sont dédiées à la mémoire de dix habitants juifs déportés et assassinés en 1942/43.


Stolpersteine_2_a_w_Welhavens_72.jpg
Stolpersteine_1_a_w.jpg Pavés de la mémoire pour Paul Borinski, 61 ans, et Alice Rosa Borinski, 51 ans.
Devant leur dernier domicile dans la rue Welhavens gate 73 à Bergen


En février 2013, treize Stolpersteine ont été déposées dans des trottoirs de Hambourg pour les travailleurs forcés français du Service du travail obligatoire (STO), originaires de Vendée qui ont été tués dans la nuit du 24 au 25 juillet 1943 sous des bombardement de Hambourg. Plus tard la même année, en octobre 2013, treize pavés de la mémoire ont été déposées en France, en Vendée, aux endroits où avaient habité ces travailleurs. Jusqu’à ce jour ce sont les seules Stolpersteine déposées en France.

Dans l’ensemble des pays européens il a été, selon le compte Twitter du projet Stolpersteine, jusqu’au 20 août 2014, déposé environ 48 000 de tels pavés de la mémoire. On trouve aujourd’hui des Stolpersteine en Autriche, en Belgique, en Croatie, en France, en Hongrie, en Italie, au Luxembourg, en Norvège, aux Pays-Bas, en Pologne, en Roumanie, en Russie, en Slovaquie, en Slovénie, en Suisse, en Tchéquie et en Ukraine.

.........................................................................................................

Lisez ci-dessous "Stolpersteine - Les pavés de la mémoire"

Une traduction de l'article "Snublesteiner for å huske" publié dans le quotidien norvégien Fædrelandsvennen, le 30 septembre 2008.
.........................................................................................................


Stolpersteine - Les pavés de la mémoire


Au milieu des pavés gris, sur le trottoir d’une rue de Berlin, notre regard est attiré par quelque chose d’insolite. Devant un immeuble de plusieurs étages nous nous arrêtons et penchons la tête sur un petit carreau en laiton qui tranche sur les autres pavés de la rue.

Ce que nous faisons spontanément pour pouvoir lire l’inscription sur le pavé aux reflets dorés, c’est l’intention de l’homme qui a déposé cette plaque de la mémoire : Nous nous courbons sur le nom et devant le dernier domicile choisi librement d’une jeune femme qui a été déportée et assassinée sous le règne des nazis entre 1933 et 1945.

Depuis le début des années 1990 l’artiste allemand Gunter Demnig a ainsi déposé environ 12 500 pavés de la mémoire, la plupart en Allemagne, mais aussi en Autriche, en Hongrie et aux Pays-Bas.

Il les appelle « Stolpersteine », pierres d’achoppement. Ces pierres nous font trébucher, non pas au sens littéral, mais en nous incitant à nous arrêter et, détournant notre attention de nos occupations du jour, à nous pencher sur le destin de personnes qui ont vécu dans les immeubles devant lesquels nous passons. Des personnes qui ont été déportés et assassinés parce qu’ils étaient juifs, tziganes, opposants politiques, homosexuels, témoins de Jéhovah, handicapés ou patients psychiatriques.

Cela nous émeut et nous rapproche de ceux qui ont été les victimes des nazis de lire les inscriptions sur les pavés de la mémoire en parcourant les rues, et ensuite de prendre le temps de regarder la maison où ils avaient une vie quotidienne tout comme nous. Les personnes derrière les noms se précisent, nous voyons une partie de leur vie.

Le projet de Gunter Demnig a commencé en 1993 avec une action à la mémoire de la déportation des Sintis et des Roms dans la ville de Cologne en 1940. À l’époque une femme d’un certain âge a adressé la parole à Demnig en prétendant qu’il n’avait jamais habité de tziganes dans leur voisinage. Cela lui a fait comprendre que très peu de gens aujourd’hui se rendent compte de ce qui s’est passé dans leur proximité immédiate pendant les années de 1933 à 1945. Que des gens avaient été enlevés de leur chez-soi et déportés. « Auschwitz était le but et le terminus, mais l’inimaginable, les atrocités ont commençaient dans les appartements et des maisons. « dit Demnig.

Beaucoup d’élèves allemands ont fait des projets scolaires pour en découvrir plus sur ce qui s'est passé avec les victimes des nazis dans leur voisinage, ce qui est devenu le point de départ pour déposer des Stolpersteine dans les rues où les victimes avaient habité.

Au Max-Planck-Oberschule, un lycée de Berlin-Mitte, les élèves se sont depuis 2001 engagés dans le «Projekt Stolpersteine» (projet des pierres d’achoppement). Sur le site Internet de l’école les élèves ont raconté leurs expériences :

« Derrière les simples faits se cachent de nombreux destins et tragédies qui nous émeuvent profondément. Nous avons appris que l’histoire, ce n’est pas juste quelque chose d’abstrait se manifestant dans nos livres d’histoire, mais qu’il est possible de faire connaître l’histoire émotionnellement en trouvant des témoignages sur la vie des gens. Le travail sur le projet des pierres d’achoppement nous a fait comprendre que quand on parle de la persécution des juifs, il ne s’agit pas seulement d’Anne Frank ou de la Nuit de Cristal, mais de gens ordinaires qui étaient des voisins de nos grand-parents. Cette expérience a été profonde et émouvante pour nous. »

De nombreux élèves ont commémoré les victimes des nazis là où ils étaient chez eux, au point de départ. Et nombre d’entre eux ont aussi visité les camps de concentration, terminus du chemin de la torture et de l’assassinat.

Plus de 20 000 élèves vont chaque année en voyage scolaire de la Norvège aux camps de concentration en Allemagne et Pologne. «Aktive Fredsreiser» informe sur son site Internet que depuis 1992, ”180 000 Norvégiens sont allés entre les baraques de couleur brun gris d’Auschwitz voir de leurs propres yeux les gibets, les montagnes de chaussures et les chambres à gaz. »

J’ai été moi-même il y a longtemps comme élève en visite au camp de concentration de Bergen-Belsen. Je me souviens que particulièrement les photos des prisonniers m’ont fait une impression profonde.

En même temps ce que l’on voit est si monstrueux qu’on perd pour ainsi dire le rapport avec notre propre vie quotidienne. Cela semble simplement si inhumain.

Inhumain ?

C’étaient des gens ordinaires qui étaient responsables de la torture et de l’assassinat dans les camps de concentration. C’étaient des gens ordinaires qui étaient responsables des déportations de chez eux.

”À 10h30 le 25 octobre 1942 les commissariats de police du pays recevaient un télégramme du chef de la police nazie norvégienne (statspolitisjef) Karl Marthinsen avec l’ordre d’arrêter tous les juifs masculins de plus de 15 ans, quel que soit leur âge, ayant une carte d’identité estampillée « J » , et de les transporter à Kirkeveien 23 à Oslo. Les arrestations devaient s’effectuer le 26 octobre, et toutes les femmes juives adultes allaient se voir imposer la déclaration obligatoire (au commissariat de leur quartier). L’arrestation se basait sur la loi du 24 octobre 1942. Les juifs masculins, la plupart de Norvège du sud, étaient internés à Berg en dehors de Tønsberg. Ce ne sont que des Norvégiens, qui ont procédé aux arrestations. Le camp de concentration de Berg dépendait du Ministère de la Police, et la garde était norvégienne. Un certain nombre d’exactions ont été commis sur les 336 de juifs qui étaient internés à Berg. » (Source : Deportasjonen av norske jøder, Holocaustsenteret – Déportations des juifs norvégiens, Centre sur l’Holocauste, Oslo)

Le médicin allemand Herta Oberheuser a été condamnée au procès de Nuremberg parce qu’elle avait effectué des expériences médicales d’une cruauté inimaginable sur des prisionnières du camp de concentration de Ravensbrück.

Herta Oberheuser parlait des femmes qu’elle avait torturées et tuées comme de « lapins ».

Est-ce ainsi que cela commence ? Quand nous ne voyons plus nos semblables comme faisant partie de la communauté humaine ? Quand nous ne les voyons plus comme faisant partie de nous ?

Cela signifierait qu’il est encore plus important de perpétuer le souvenir des victimes des nazis dans notre voisinage.

Selon des renseignements donnés par le Holocaustsenteret (Centre sur l’Holocauste, Oslo) 771 des juifs de Norvège ont été déportés vers les camps d’extermination. Seuls 34 d’entre eux ont survécu. Cela a été effectué sous l’occupation de l’Allemagne nazie, mais ceux qui ont enlevé les juifs appartenaient à la police norvégienne, laquelle à Oslo a eu l’aide d’une centaine de chauffeurs de taxi pour l’arrestastion des femmes juives, des enfants et des personnes âgées.

Outre les juifs et les prisonniers de guerre, plus de 9000 personnes ont été déportées de Norvège vers les prisons, bagnes et camps en Allemagne et dans les zones occupées. Environ 6000 d’entre eux était des prisonniers politiques. Presque 800 de ceux-ci sont morts.

Peut-être des élèves norvégiens pourraient-ils prendre l’initiative de projets scolaires pour en découvrir plus sur ce qui s'est passé chez eux pendant la guerre avec les victimes des nazis.

La pose des pierres d’achoppement pour les victimes des nazis en Norvège pourrait tout comme en Allemagne et en d’autres pays être pour chacun d’entre nous un important monument évocateur dans notre vie quotidienne.

Stolpersteine_4_a_w.jpg
Stolpersteine_3_a_w.jpg Pavés de la mémoire pour
Israel Josef Becker, 26 ans, Sam Becker, 2 ans, Ida Becker, 26 ans,
Oscar Müller, 15 ans, Cecylie Müller, 36 ans, Berta Müller, 11 ans.

La famille Becker habitait à Bergen dans la rue Welhavens gate 36. La famille Müller habitait dans la rue Møhlenprisbakken 4 a. Les maisons où ils habitaient n'existent plus.

................................................................................................................................


En savoir plus :

Site de Gunter Demnig Stolpersteine : L'histoire du projet, des informations sur la pose des pavés de la mémoire (en allemand et anglais).
................

Dans des nombreuses villes il y a des sites Web avec un aperçu des endroits des pavés de la mémoire et les biographies des victimes, comme à Berlin : Stolpersteine Berlin (en allemand et anglais)
................

Vidéo de la pose des Stolpersteine à Bergen en présence de Madame le maire de la ville, Trude Drevland :
Stumblestones
(L'inscription sur les pavés : Her bodde = Ici habitait ; Fødselsår = Année de naissance ; Deportert = Déporté ; Drept = Assassiné)
................

Articles de Ouest-France sur les travailleurs forcés déportés de la Vendée à Hambourg :

70 ans après, il vit en amitié avec les Reineke

Hambourg honore la mémoire de 13 Vendéens

Les STO vendéens, les oubliés de l'Histoire
.............................................................................................................................