(Mechthild, 2003)

Ça fait du bien de pouvoir s’asseoir. Dans un petit magasin de vêtements dans le souk de Marrakech le commerçant nous a apporté trois tabourets. Peu après son assistant vient avec du thé à la menthe. Nous sirotons du thé pendant que le commerçant nous montre des caftans et des tuniques et les étale devant nous sur le comptoir. Notre hôtesse, qui nous accompagne, traduit et explique nos souhaits en marocain.

Ma fille de dix ans dans un caftan rouge étincelant. Elle se regarde dans le miroir rayonnante de bonheur.

Le commerçant sourit et dit quelque chose en marocain. « Vous avez une jolie fille. » traduit notre hôtesse.

« Choukran ! » Le caftan lui va vraiment très bien.

« Comment elle s’appelle ? » Je dis son nom au commerçant.

Il rit aimablement. « Je trouve qu’elle devrait s’appeler Fatima. »

Nous rions ensemble. Ma fille est d’accord. Elle aimerait bien aussitôt garder le caftan, et le commerçant peut volontiers l’appeler Fatima.

Un autre verre de thé. L’assistant de commerçant est parti dans le souk, et peu après il apporte encore plus de tuniques à choisir. C’est bien agréable de faire du shopping comme ça.

A la fin nous avons choisi deux tuniques et le caftan pour ma fille. Après avoir discuté un peu sur le prix, nous sommes d’accord. Nous finissons les verres de thé, et détendus, nous continuons notre chemin.

Pourquoi il n’y a personne qui m’offre du thé et m’apporte des vêtements pour choisir à Lindex et H & M en Norvège ? Je fait moi-même le va-et-vient entre les portants de vêtements et la cabine d’essayage, à la fin je suis bien crévée et pour le prix je n’ai rien à dire. Take it or leave it...

Je vraiment hâte au prochain thé à la menthe dans le souk.


The_a_la_menthe.jpg


.....................................................................................................................................